AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Poster une dédicace : [dans ce topic] ▬ « Soirée pets tous les mardis sur Skype ! » [Corbeau] ▬ « (à Alåstrañ) Dès que j'apprendrais ta vraie nature, je t'aiderai volontiers [à mourir] n_n » [Løtar]
top
bottom

Partagez

Le Roi est Mort, vive le Roi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Il était une fois, une jambe de bois, qui cherchait un amateur...

SUR ÆÐELMÆR DEPUIS LE : 02/10/2013
MISSIVES ENVOYÉES : 163
JE SUIS DE LA RACE : des Ðragons.
MON ÂGE EST DE : 800 ans et des poussières.
ON ME RECONNAIT COMME : Conteur itinérant, guérisseur parfois.
DANS MES POCHES, IL Y A : des onguents et des potions, des herbes séchées et des fleurs en pot, de l'eau de vie et alcools divers, un poignard et ma canne, des couvertures, des bandages, de l'huile pour ma lampe, une plume d'écriture et quelques parchemins vierges, un chat gris du nom de Breïzh -qui n'est pas vraiment dans mes poches, mais ne chipotons pas !-
JE SUIS AUSSI : Alåstrañ Dubh Ciarán.
CRÉDITS : Avatar © Concombre.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ce message a été posté le Mar 26 Nov - 6:23.
le Roi est mort, vive le Roi !
Les visages s'assombrirent en apprenant cette bien triste nouvelle. Et pourtant, tous s'étaient déjà préparés à cette éventualité, les jours s'écoulant inéluctablement sans que l'état du Roi ne s'améliore : aujourd'hui, le grand Roi Caspian, Maître du Territoire, Guerrier d'Argent, s'est éteint. Les boutiques restèrent fermées, il n'y eut pas de marché, le silence s'installa sur la capitale, alors qu'aux quatre coins du territoire sont envoyés des cavaliers chargés d'apprendre la nouvelle à tous. Les prières accompagnent l'âme du Roi dans sa montée vers Babylona. Nul n'envisage que Caspian se voit refuser l'accès à l'éternité par les Dieux Dragons. Il fut un grand Roi, un bon monarque, un glorieux guerrière, un père et un époux aimant.

Cela faisait plusieurs semaines qu'une vieille blessure s'était rouverte et que l'infection causait fièvre, délire et affaiblissement. Maintenant, l'homme est en paix. Mais cette mort ampute royaume de sa tête. Le jeune prince Iöllan est nommé monarque-successeur, hélas il est bien trop jeune pour porter sur ses épaules, le poids d'une telle responsabilité. De ce fait, c'est la Grande Reine Gwendaëlh qui monte sur le trône, en tant que Mère-Régente. A ses côtés se tiennent le Haut Conseiller Alastran Dubh Ciaran, et l'Archevêque Jaemiah Miroslav Raid'Hri. Le Prince Dithrub n'a pas daigné expliquer la raison de son refus.

Cette nuit, le Roi fut lavé, habillé, et déposé sur un autel, dans la nef de la Cathédrale Blanche. Il semble en paix. Les premiers visiteurs déposèrent des fleurs, de la nourriture, des bijoux et d'autres offrandes, aux pieds de l'autel de pierre. Tant et si bien qu'il est pratiquement impossible d'approcher vraiment la dépouille du Grand Roi à l'heure actuelle. Personne n'a vu la Reine pleurer. Le Haut Conseiller veille sur celui qui fut son Roi et son ami. Les princesses vont et viennent, seules ou ensemble, depuis l'aube. Le Prince Iöllan est introuvable, mais personne ne semble s'en formaliser. Chacun est libre de montrer ou de cacher son chagrin. Les prêtres et les prêtresses rassurent, chantent, pleurent. Et tous prient les Dieux Dragons d'accueillir respectueusement l'âme de Caspian.

EN CLAIR ; Ceci se déroule la première semaine de la Douzième Lune (décembre) de l'année 1790 après la Grande Mort. Le Roi Caspian vient de mourir. Contre toute attente, le territoire se retrouve sans monarque, mais sous régence de la Reine Gwendaëlh. Le Prince Dithrub a refusé le trône et c'est son jeune frère, le Prince Iöllan qui est censé succéder à feu son père, quand il sera prêt (donc ce n'est pas pour tout de suite).

Une semaine de deuil national est promulguée. La dépouille du Grand Roi Caspian, ornée de ses plus beaux atouts, repose durant cette semaine, dans la Cathédrale Blanche, où tous, nobles comme badauds, peuvent venir se recueillir si le cœur leur en dit. Le peuple se presse des quatre coins du royaume vers la Capitale pour rendre hommage à leur souverain décédé. Mais les rues de la ville sont étrangement silencieuses, et à part les auberges, les hôtels et les restaurants, la plupart des commerces est fermé.

Quand la semaine sera écoulée, le corps du Roi quittera la Cathédrale, traversera toute la ville, porté par les Chevaliers, jusqu'au lac. Il sera ensuite déposée dans une barque et poussé vers le "large", où le faible courant mènera le Roi vers les Catacombes. Là, des prêtres termineront de le préparer pour son ultime voyage et déposeront son corps dans la crypte de la famille royale, où seuls les d'Æd pourront venir méditer, à l'avenir.

INFORMATIONS ; La mort de Caspian d'Æd, le 02 décembre 1790 (le second jour de la douzième lune de l'an 1790 après la Grande Mort), est un fait marquant du calendrier du forum. Vous pouvez donc en parler dans vos rôle-play (s'il se déroule après, bien entendu, ou parler de l'état de santé du Roi, s'il se situe avant). Il vous est possible de poster directement dans ce topic (en one-shot, pour que votre personnage vienne se recueillir par exemple) ou de faire un rôle-play dans la Cathédrale, avec quelqu'un d'autre pendant l’événement (dans ce cas, précisez en sous-titre de votre topic "premier événement" s'il vous plait). Un autre topic sera créé au Lac pour décrire l'embarquement du Roi vers les Catacombes si cela vous tente, pour marquer la fin de la semaine de deuil.


contexte, règlement, groupes, races, sommaire de l'encyclopédie, questions & suggestions.
⌂ N'oubliez pas de voter toutes les deux heures sur les top-sites !
⌂ Ce compte ne peut recevoir de messages privés, envoyez plutôt vos demandes à Alåstrañ.

Soyez gentils avec moi ! Je n'ai encore mordu personne...

SUR ÆÐELMÆR DEPUIS LE : 02/01/2014
MISSIVES ENVOYÉES : 57
PIÈCES : 0 Couronne d'Or, 1 Pistole d'Argent, 17 Sous de Cuivre
JE SUIS DE LA RACE : des £ugaïð.
MON ÂGE EST DE : 29 années
ON ME RECONNAIT COMME : Archère militaire
DANS MES POCHES, IL Y A : ▬ Des armes diverses et variées.
▬ Une bourse de mes soldes (17 sous de cuivre et 1 pièce d'argent)
▬ Toujours de quoi grignoter

CRÉDITS : Crédit Image Valkyrie © Anndr. Crédit Avatar © Uonde Baeth
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://aedelmaer.forumactif.org/t169-uonde-baeth#313 http://youtu.be/D84cuIPx5aQ
Ce message a été posté le Dim 9 Fév - 14:25.
Le soleil ne voulait pas se lever et le ciel pleurait la mort du roi sous forme de timides averses. Je regardais mon arc, si ce temps continuerait, il me faudra réajuster mes tirs à l'entrainement. J'aimais cela, savoir que pour tirer une unique flèche, il fallait prendre en compte toutes les données extérieures. Le vent en premier. Je tentais de discipliner mes cheveux, masse de boucles brunes et parvint à la natter, même si je savais que plusieurs mèches folles s'échapperaient rapidement du fil de cuir sombre. Mon armure avait beau être plus légère que celles qu'avaient d'autres bataillons, je l'enfilais à regret. C'était un vêtement de trop qui ralentissait quoi que légèrement ma vitesse et j'aimais courir. Mon arc dans ma main, mon carquois sur mon dos, j'étais entière. Alors que je me mettais en route l'ombre écrasante du mur d'enceinte me pesa quelques secondes. A croire que vivre cinq cycles ici ne m'avait pas aidé à calmer mon envie de grands espaces. Je massais ma nuque et rejoins mon équipe, rassemblait dans la cour de la caserne.

Tous ou presque commentaient la mort du roi. Je me contentais de sourire espérant qu'on ne remarquerait pas que je ne prenais aucun parti. Une amie me demanda si cela aller, je blaguais. Si ça allait. Je me posais beaucoup de questions, comme à l'habitude, sur les répercutions possibles de telles nouvelles sur ma famille et ma jumelle en particulier. Je cherchais au plus profond de moi un écho de ses sentiments présents. Il m'était arrivée de ressentir tout ce qu'elle ressentait, mais la distance aurait-elle effacer cette capacité? Je sortais de ma poche une lanière de viande séchée et si ma partenaire haussa un sourcil, c'était plus pour la forme, je mangeais tout est n'importe quoi et ce n'importe quand. On se mouvait au rythme de la masse, et nous nous retrouvâmes autour d'une table large, avec sur sa surface un plan des alentours de la cathédrale. Notre Grand Maître prit parole, je l'écoutais attentivement, il était réputé pour sa rigueur et ses capacités qui faisaient de nous un bataillon rompus aux méthodes qui avaient et feraient encore leurs preuves.

« Vous -il montra du doigt deux anciens, enfin, plus anciens que moi- vous vous mettrez sur ce toit, ici et ici. »

♠♣♦♥
Penchais en haut d'une demeure quelconque, j'avais armé mon arc et ma flèche en joue, les plumes la caressant... A mes côtés, mon binôme croquait dans une pomme sans jamais cesser de scruter la foule de badauds qui se pressait à la cathédrale pour se recueillir auprès de la dépouille du plus grand. Je fronçais les sourcils et baissait mon arme puis la rangeait, sagement posée à porter de main.  Je rabattais ma capuche sur mes cheveux et effectivement plusieurs mèches frisée d'humidité s'échappaient de leur attache. A l'intérieur, les Gardes Gris faisaient leur boulot, c'était rassurant en quelque sorte. Je me demandais ce que cela ferait d'en être une. Je reçus un trognon de pomme sur l'épaule, je me retournais en rigolant et lâchait « entière, tu en as une? »

Je ne paraissais pas bouleversée par l'endroit et l'action, cette mort ne m'atteignait pas. Le roi était bon mais la résurrection n'existait pas. Et je regardais en face.

« Reste-là, je vois quelque chose en bas. »

Ma voix m'apparut assez froide pour ne pas paraitre déplacer.

« Couvre-moi. J'en ai pour cinq minutes. »

Histoire de respirer un peu. Le Roi est mort. Mais nous sommes en vie.



Soyez gentils avec moi ! Je n'ai encore mordu personne...

SUR ÆÐELMÆR DEPUIS LE : 24/12/2013
MISSIVES ENVOYÉES : 123
PIÈCES : 5 Couronnes d'Or, 0 Pistole d'Argent, 24 Sous de Cuivre
JE SUIS DE LA RACE : des £ugaïð.
MON ÂGE EST DE : 17 ans
ON ME RECONNAIT COMME : Esclave et protégée de Jåemiah
DANS MES POCHES, IL Y A : Une dague, un coquillage bleu acheté dans une boutique je ne sait pas trop pourquoi, un sauf-conduit de son maître lui permettant d'aller et venir en ville, quelques pièces de monnaie pour le quotidien.
CRÉDITS : Elisåba Kalìañi
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://aedelmaer.forumactif.org/t158-elisaba-kaliani http://aedelmaer.forumactif.org/t173-les-tribulations-d-une-esclave http://aedelmaer.forumactif.org/t166-les-allegeances-d-une-esclave http://aedelmaer.forumactif.org/t167-elisaba-kaliani
Ce message a été posté le Lun 10 Fév - 21:16.
La nouvelle était tombée plus brutale qu’elle n'était attendue. Depuis des semaines chacun savait que le roi se mourrait des suites d'une vieille blessure et chacun s'était fait à l'idée de sa disparition prochaine. Certains supputaient même sur les chances des uns et des autres à prendre la succession. Sans surprise cependant la reine Gwendaëlh d'Æd prenait la régence en attendant une plus grande maturité de celui que la défection de l'héritier naturel avait propulsé à un poste qu'il n'était pas prêt à assumer.

Malgré son statut d'esclave, Elisåba avait appris la nouvelle dans les premiers. Sa position au milieu des gens parmi les plus haut placés du royaume ne pouvait la tenir à l'écart d'un tel événement. Très vite elle sentit un poids sur la cour et la cité, poids qui la surprit. C'était comme si personne ne s'était préparé à cette disparition. Peut être le chagrin de la perte d'un monarque aimé ? Peut être les incertitudes de l'avenir ?

Elle était comme chaque fois la discrétion même. Un peu spectatrice extérieure en même temps qu'actrice. Disponible dévouée, invisible sauf pour quelques uns.
L'archevêque avait annoncé la nouvelle à sa protégée l'Oracle de la façon la plus neutre dont il était capable tout comme à son habitude et cette dernière avait reçu cette annonce avec la retenue due à son rang. Ce ne fut que lorsque Luåine et Elisåba se retrouvèrent seules que la jeune fille put s'abandonner dans les bras de sa chaperonne. Si l'Oracle n'était pas si proche du roi que cela, il en était tout autrement de ses rapports avec le prince. Chacun savait qu'ils étaient extrêmement liés et les pensées de la jeune fille allaient d'abord vers le jeune homme dont elle imaginait sans peine la douleur. En second lieu, elle imaginait déjà que les responsabilités qui ne manqueraient pas de pleuvoir sur les épaules inexpérimentées du prince  n'auraient d'autre effet que de les séparer. Finis les escapades, les confidences, les fous rires partagés.

Elisåba se mit donc en devoir de consoler Luåine. Comme à son habitude, elle faisait passer le bien être de sa maîtresse qui était devenue au fil du temps bien plu que cela, avant ses propres sentiments qu'elle ne livrait qu'au cas où elle ne les jugeait pas parasites à la tranquillité d'esprit de l'Oracle et qu'elle y était invitée. Ce n'est pas que la protégée de l'église soit négligente ou désinvolte vis  à vis de son esclave, mais ce n'était pas son rôle de s’enquérir de ses états d'âme et Elisåba le comprenait fort bien.
Les mois passeraient sans doute encore nombreux avant que le prince ne soit intronisé et nul doute qu'il aurait encore la possibilité de s'évader des arcanes de la cour comme il le faisait déjà. Et de doute façon, il fallait que la jeune fille se rassure : une amitié comme la leur ne pouvait s'éteindre même sous les assauts des responsabilités du pouvoir...
L'esclave ajouta encore une pincée de souvenirs parmi les plus heureux et fini par obtenir les premiers timides sourires.

De son côté la jeune esclave essayait d'imaginer le prince en monarque du royaume et se sentit assez fière d'appartenir au cercle de ceux qui le connaissaient sans doute le mieux.
Iöllan d'Æd Roi ! Il fallait bien se rendre à l'évidence, il n'y était pas préparé mais Elisåba savait qu'en temps voulu il saurait prendre les rennes que le destin lui tendait. La reine serait sans doute une bonne régente et saurait assurer sa formation de futur souverain.

Elle avait beau sonder son propre cœur, Elisåba ne parvenait pas à se sentir véritablement triste à la nouvelle du décès  du roi Caspian. De son côté, le roi était mort depuis plusieurs semaines et elle s'étonnait de la réaction ambiante. Le prince lui-même avait accusé le coup de façon touchante et mouvante lorsqu'il avait appris que son père était condamné, mais avait fait son deuil jour après jour, accompagné en cela par sa mère mais aussi par le mourant qui, dernier geste d'un monarque, se devait de laisser ses affaires en ordre.

Après la visite au palais, pour rendre un dernier hommage au défunt roi, les voilà donc à la cathédrale, vaste édifice de marbre froid mais d'une splendeur que seule la vénération pouvait justifier. Elisåba avait suivi Jåemiah Mirøslav Raið'Hri et Luåine jusqu'aux abords des premiers rangs; là elle avait laissé ses maîtres continuer leur chemin protocolaire. L'archevêque continua jusqu'à l'autel alors que l'Oracle s'arrêtait au premier rang, non loin de la famille royale. De là où elle était, elle pouvait observer sa maîtresse et accourir si besoin était mais aussi se faire oublier dans l'ombre comme elle avait si bien appris à le faire tout au long des années passées auprès du prélat.
Elle se retourna, la cathédrale était pleine et elle devinait la masse du peuple qui se pressait sur le parvis. Sa traversé il y a quelques minutes avait fait forte impression sur la jeune £ugaið. La puissance pacifique de de cette foule justifiait à elle seule le déploiement des forces de l'ordre pour protéger le déroulement de la cérémonie.

Les yeux grand ouverts, elle scrutait  l'assistance comme pour y chercher... Y chercher quoi? Personne qu'elle ne connût en tout cas. Les battement de son cœur lui rappelèrent que c'était le danger qui pourrait guetter sa protégée. La différence d'âge n'était pas si importante mais les rapports de l'esclave et de l'Oracle tenait à la fois de la soumission, de l'amitié, et de l'amour fraternel, parfois maternel.  Elisåba était prête à donner sa vie pour  Luåine... A cette pensée, Sa poitrine se gonfla d'émotion.
Des cuivres solennels retentirent dans l'édifice tendu de crêpe noire. La cérémonie allait commencer quand quelque chose attira le regard de la magicienne...
Contenu sponsorisé

Ce message a été posté le .
 

Le Roi est Mort, vive le Roi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Haiti: le général est mort , vive le général ...junior
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ÆÐELMÆR , La Ðescendance des Ðragons :: la Cité Grise & ses Montagnes :: Le Domaine Gris :: Cathédrale-