AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Poster une dédicace : [dans ce topic] ▬ « Soirée pets tous les mardis sur Skype ! » [Corbeau] ▬ « (à Alåstrañ) Dès que j'apprendrais ta vraie nature, je t'aiderai volontiers [à mourir] n_n » [Løtar]
top
bottom

Partagez

Coule le temps... [OneShot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Soyez gentils avec moi ! Je n'ai encore mordu personne...

SUR ÆÐELMÆR DEPUIS LE : 07/10/2013
MISSIVES ENVOYÉES : 133
PIÈCES : 6 Couronnes d'Or, 16 Pistoles d'Argent, 18 Sous de Cuivre
JE SUIS DE LA RACE : des Ðragons.
MON ÂGE EST DE : 23 ans
ON ME RECONNAIT COMME : Ainé de la Famille, Chevalier du Roi et son Conseiller
DANS MES POCHES, IL Y A : Deux armes, deux armes redoutables qui peuvent être le prolongement de ses mains. Des objets, en forment de griffes, offerts par Alastran. Dithrub les chéris. Il possède aussi des onguents.
JE SUIS AUSSI : Madite [A venir]
CRÉDITS : Abaddon
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://aedelmaer.forumactif.org/t43-dithrub-amnon-d-aed http://aedelmaer.forumactif.org/t141-le-prince-aile-et-son-cercle-d-intime-ou-d-ennemi http://aedelmaer.forumactif.org/t142-dithrub-amnon-d-aed-il-tentera-de-repondre-a-tout-ou-presque
Ce message a été posté le Lun 28 Avr - 0:46.
Les jours filent à une vitesse forte affolante. Tes tâches s'enchaînent et ne te laissent pas le temps nécessaire de réfléchir à ton futur, ta décision à propos d'Alastran.  Tes histoires de cœur passent au second plan, après le Royaume d'Aedelmaer. Même si tu voudrais parvenir à mettre à plat la vérité avec le Haut Conseiller ou faire voler en éclat ta lourde amertume, ton rôle de soutien passe bien avant tes états sentimentaux. Tu es le Pilier de ta Famille depuis le décès de ton Père. Tu dois donc leur consacrer tout ton temps, ton énergie, tes forces.

Sans une once de regret, tu t'acharnes à maintenir la barque à flot. Tu t'occupes de l'éducation de ton frère, le futur Roi, lorsqu'il ne s'échappe pas des Murs de la Cité pour décompresser de ce sort imposé. Tu mets en pratique les compétences acquises lors de ton long voyage. La plupart du temps, il ne t'écoute qu'à moitié, t'excédant à demi. Tu sais qu'il te porte encore un grief pour ta décision de ne pas monter sur le trône. Tu reviens ensuite vers tes cadettes. Tu te montres attentionné auprès d'elles. Tu les écoutes. De tes mots, tu les apaises du lourd fardeau que sont ces temps sombres.

Tu enchaînes papiers, réunions, visites, vérification des frontières jour après jour. Et derrière, tu défais les complots. Tu es débordé jour et nuit. Tu comprends et vis ce qu'a du endurer si longtemps Alastran, seul, sans soutien, sans ami, autre que lui-même.  Ton estime pour lui augmente comme la lourdeur de ton être. L'acide te ronge. Il est en droit de savoir pourquoi tu es parti, te déchargeant sur ses épaules déjà écrasées par tant de devoirs. Il te manque cruellement. Vivement qu'il revienne au Palais.  Tu te surprends à visiter son antre, guidé par ce manque en ta poitrine.

Tes prunelles caressent la surface de l'eau. La vapeur danse sur les flots en des volutes aériennes. Tu portes ton attention sur le lit. Tes paupières se ferment. Six ans défilent en toi. Les souvenirs jaillissent de toute part, prêt à déborder de la coupe. Ta peur. Ton ouverture. Ton acceptation. Ta confiance. Tes premiers émois. Votre premier baiser. Ton index papillonne sur ta lèvre inférieure inconsciemment. Grognement étouffé, tu tournes les talons.

Tu retournes en ta couche. Tu fermes à clé la porte de ta chambre. Cette journée ne présenta que de nombreux agacements et incertitudes. Le matin même, tu supportas la « victoire » de Jaemiah. L'après midi, le piaillements des corbeaux et vautours. Ta pire mésaventure restera celle avec l'Archevêque. Bon vainqueur, tu acceptas sa pique devant témoin. Pourtant, tu devais reconnaître Dithrub qu'en toi, ce fut bien l'inverse. La colère, tonnerre grondant, bouillait en tes veines. La mâchoire serrée, tu t'empêchais d'aller l'occire. Tu n'es pas encore en mesure de l'affronter. Une différence de taille existe encore entre vous. L'agacement te pique de son dard. Tu te vides la tête. Tu t'installes sur ton lit.

Allongé sur tes draps de flanelle, ta paume s'écrase sur ton front. Un soupir s'envole hors de tes lippes. Il faudra que tu trouves une solution pour ronger son avancée. L'écoute de ta mère et de ton aînée te mets en situation de plus en plus périlleuse. Enfermé dans ta chambre, le sommeil finit par t'engloutir. Les grains coulent dans le sablier du temps. Tu mérites ce repos.

Tu t’extirpes du monde des songes trois heures après. Le corps reposé, tu te diriges là où tes pas te mènent. Devant  la chambre de ta sœur, tu frappes contre le battant de la porte. Tu entres. Tu l'écoutes.  Elle se confie à toi, son aîné. Ïde est amoureuse. Toi, qui préparais son potentiel mariage avec Comgall, tu ne cherchas pas un instant à gâcher sa liesse. Son bonheur te régale. Tu l'enlaces et la félicite. Tu l'interrogeas. Sourire ourlé sur ton visage, tu bus ses paroles.

La conversation ne cessa que lorsque tu partis effectuer tes obligations. T'enfonçant dans tes tâches, tu ne vis plus les jours passer. Le retour d'Alastran s'approche.
 

Coule le temps... [OneShot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ÆÐELMÆR , La Ðescendance des Ðragons :: la Cité Grise & ses Montagnes :: Le Domaine Gris-